Résultats de l'enquête de la mission volontariat

Les membres de la mission ont tenu à accorder une place importante aux acteurs concernés mais aussi au grand public dans les débats. C'est pourquoi ils ont lancé une grande consultation sous la forme d'une enquête en ligne. Celle-ci est désormais close. Près de 24.000 participations ont été enregistrées. Découvrez les résultats de cette enquête.

En complément de l’audition de 65 personnalités qualifiées et de l’organisation de séminaires par les sapeurs-pompiers de plus de la moitié des départements, le présent rapport s’appuie sur une enquête en ligne, conduite entre le 22 janvier et le 5 mars 2018. Ouverte à tous les publics, elle a été largement relayée sur les réseaux sociaux propres à la mission et sur ceux de ses membres, permettant d’atteindre 23.773 réponses.

Compte tenu du volume des données concernées, les informations ci-dessous présente une synthèse des résultats. Disponible également en téléchargement en bas de cette page.

Section 1 – Question d’ordre général

  • Plus de 80 % des répondants sont des sapeurs-pompiers de tout statut.
  • 75 % ont entre 25 et 54 ans. Avec 17 %, leur taux de féminisation est légèrement supérieur à celui des SPV.

Section 2 – Questions ouvertes à l’ensemble des participants

  • 95 % ont une image positive des SPV.
  • 71 % ne voient pas d’inconvénient au manque de représentativité de la société dans son ensemble (féminisation, diversité des territoires et des catégories sociales, etc.) parmi les SPV.
  • 82 % sont insatisfaits des campagnes de communication visant à promouvoir le volontariat.
  • 92 % sont favorables au développement et au renforcement des équivalences entre les formations de sapeur-pompier et les diplômes existants. La moitié est favorable à une prise en compte du statut de SPV dans le recrutement ou le déroulement de carrière des titulaires et contractuels de la fonction publique.
  • 94 % estiment pertinent que les SPV bénéficient des mêmes avantages que ceux accordés aux réservistes de la Garde nationale.
  • 85 % font part de leur intérêt pour le volontariat de sapeurs-pompiers. La conciliation avec la vie familiale et professionnelle et le sentiment d’être trop âgé ou en insuffisante condition physique sont les deux premières raisons réduisant l’intérêt pour devenir SPV.

Employeurs du secteur privé

Près de 66 % seraient favorables à l’embauche de SPV, tout en étant conscient des difficultés en termes organisationnels et financiers. Le label « employeur partenaire » est méconnu ou tenu pour insatisfaisant par près de 90 % des employeurs privés, et le dispositif du mécénat à 69 %. S’agissant des mesures d’accompagnement, ils privilégient des compensations directes, et notamment une réduction de leurs cotisations sociales, à des mécanismes moins immédiats.

Employeurs du secteur public

Ils semblent porter un regard plus positif sur les SPV que les employeurs privés, mais méconnaissent à 90 % le label « employeur partenaire ». Ils sont de même demandeurs d’avantages fiscaux ou financiers, et notamment une réduction de leurs cotisations sociales.

Section 3 – Questions restreintes aux sapeurs-pompiers

  • 81 % estiment que les SPV sont bien intégrés au sein des SIS.
  • 82 % évoquent la difficulté de conciliation de leurs temps de vie.
  • 56 % des répondants sont opposés à la création d’un statut intermédiaire de sapeur-pompier à temps partiel.
  • Près de 60 % souhaitent une revalorisation des indemnités horaires et/ou de la NPFR.

Section 4 – Questions restreintes aux SPV

La majorité des réponses illustrent le caractère profondément altruiste et républicain des SPV. L’influence du volontariat de sapeurs-pompiers sur l’embauche ne paraît pas mesurable, même s’il semble mieux valorisé dans le secteur public.

  • 65 % estiment que leur engagement est reconnu dans leur travail. 81 % accordent de l’importance à la reconnaissance de leurs formations et compétences de SPV dans leur travail.
  • 90 % sont favorables à une harmonisation nationale des indemnités pour astreinte à domicile. Ils expriment un fort souhait de voir leur engagement valorisé dans le calcul de leurs droits à la retraite.

Section 5 – Conclusion

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés (dite « CNIL ») et au règlement n° 2016-679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (dit « RGPD »), les adresses électroniques des répondants seront exclusivement utilisées pour la diffusion des résultats et l’enquête et du rapport, destinations pour lesquelles les individus concernés ont donné leur consentement.

Remise du rapport mercredi 23 mai 2018

Après plusieurs mois de travaux de réflexions et de consultations, le rapport de la Mission volontariat sapeurs-pompiers a été remis mercredi 23 mai 2018 au ministre d'État, ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Ce rapport propose des solutions concrètes et ambitieuses pour favoriser le recrutement de sapeur-pompier volontaire, leur fidélisation et la reconnaissance de leur engagement citoyen, afin de franchir au plus vite le seuil de 200.000 sapeurs-pompiers volontaires.

[ Consulter le rapport ]

Synthèse des résultats de l'enquête de la Mission volontariat

Télécharger pdf - 259.95 Ko

En savoir plus sur la mission volontariat


Partager cet article :