Le roman des pupilles

Solidarité - Le 16 juin 2020

Les pupilles créent le 1er roman collaboratif. A vous de le découvrir !

Le principe...

Pour faire suite au dernier Facebook live avec Silvia Kahn, l’ODP lance « la petite histoire des pupilles » :


Le principe est simple : Silvia lance le début d’une histoire…. Aux pupilles majeurs d’écrire la suite !


· L’expression est libre et peut prendre la forme que vous souhaitez : texte, images, et même BD pour les plus créatifs.
· 1 page maximum, écriture Arial 14, interligne de base (vous avez la possibilité d’écrire seulement quelques lignes si vous le souhaitez) ; il sera possible d’écrire plusieurs fois
· Votre fiction est à envoyer à lapetitehistoireodp@pompiers.fr 
· Silvia se chargera de réceptionner vos écrits et de les harmoniser si besoin
· Pensez également à bien signer votre histoire : nom, prénom (les pseudos sont autorisés mais nous devons nous assurer que vous êtes bien un pupille majeur)


Vous êtes intéressé et souhaitez participer à l’écriture collective du premier roman des pupilles ? Envoyez votre contribution ! La petite histoire présentera une nouvelle publication toutes les 2 semaines

 

L’HISTOIRE

Rémi a toujours rêvé d’être pompier, son père est pompier, son grand-père était pompier mais sa mère Corinne n’a jamais voulu qu’il réalise ce rêve et il n’a pas osé s’opposer à elle ...

Rémi a aujourd’hui 27 ans, il est marié avec Anne, il est heureux dans son travail d’horticulteur, il a deux enfants, Léo, 4 ans et Emma 8 ans . Ils vivent dans un appartement à Lille. Sa vie va être totalement bousculée par le confinement, et ce qui va lui arriver va lui permettre de réaliser enfin son rêve: Devenir pompier.

Que s’est-il passé pendant ce confinement ? Nous démarrons l’histoire au premier jour du confinement de Rémi et de toute sa famille...

 

 

Comme chaque matin, Rémi va travailler d’un pas décidé, il cajole les plantes et les semis qui surplombent plus de 80 hectares de sa propriété. Terrifié par l’annonce du gouvernement, le confinement de la population afin d’éviter la propagation du virus COVID-19, il est inquiet pour son avenir professionnel et pour sa famille. L’ensemble de ses projets sont remis en cause, et surtout, il craint que son entreprise HORTIBOOM créée depuis maintenant cinq ans, ne fasse faillite. Rémi s’est démené pour faire de sa passion pour les jardins son métier, il a réussi en peu de temps à développer son activité, à doubler son chiffre d’affaires et a depuis près de trois ans, cinq salariés sous sa responsabilité.

Depuis deux semaines, Rémi tente de maintenir son activité professionnelle même si elle est considérablement réduite. Chaque soir, il retrouve sa femme et ses enfants avec un sentiment de frustration considérable. Un soir, sa femme Anne, consciente de ses inquiétudes, lui demande ce qui le tracasse. Rémi, d’abord réticent et ne voulant pas l’inquiéter, finit par lui faire part de ses soucis, liés au confinement. Il lui explique qu’il craint que son entreprise ne ferme. Anne, d’un caractère optimiste, enjoué et rempli d’espoir tente de rassurer Rémi.

Rémi et Anne se sont rencontrés en 2009. Ils se sont mariés très vite et ont eu 2 enfants tout de suite. Rémi a toujours dit à Anne qu’il avait 2 rêves :   devenir sapeur-pompier tout comme son grand père et son père et avoir une Harley Davidson. Rémi a toutes les valeurs morales que se doit d’avoir un sapeur-pompier : l’honnêteté, la droiture, la loyauté, ainsi que l’empathie. Malheureusement, les inquiétudes de sa mère pour ce métier dangereux l’ont empêché de réaliser ce rêve…

Durant le confinement, Rémi est plus souvent à la maison. D'un naturel optimiste, il se dit que malgré la perte financière, il va pouvoir passer plus de temps avec sa famille, se pencher sur sa vie et sur son avenir. Il se demande aussi comment il va occuper ses enfants, mais très vite, sa femme et lui vont déborder d'imagination pour rendre ce confinement agréable.La première semaine se passe bien, ils en profitent pour rattraper le sommeil en retard. La vie quotidienne n'est pas toujours de tout repos mais ils cuisinent, ils jouent, dansent, se déguisent, regardent des films et aident comme ils peuvent leurs enfants à faire leurs devoirs.

Ils prennent des nouvelles de leurs familles, de leurs amis confinés également et font des apéros zoom le week-end !

Bien sûr, ils regardent aussi les informations, se renseignent sur ce virus qui fait tant de mal ...mais pas tous les jours afin d'éviter de s’angoisser.

Ils en profitent aussi pour faire un grand ménage de printemps dans leur appartement.

Un soir, Rémi et Anne partagent un bon Brouilly et se mettent à rêver. Rémi lui parle à nouveau de son souhait de suivre les traces des hommes de la famille, d’être un soldat du feu. Le virus, les hospitalisations, les réanimations, les décès n’ont fait qu’augmenter chez Rémi son envie d’aider son prochain. Anne l’encourage et ne manque pas d’arguments, elle connait très bien son Rémi et sait qu’il a besoin de réaliser ce rêve pour être vraiment heureux. Elle sait que, pour Rémi, appartenir à la grande famille des sapeurs-pompiers lui permettra de se réaliser pleinement.

Le lendemain, Rémi se réveille. Anne est déjà levée, il va dans la cuisine et prépare le petit-déjeuner, puis il se rend dans la salle de bain où il entend l’eau couler.

Derrière la porte, il découvre sa femme, inerte sur le sol. Il se penche sur elle, analyse avec calme la situation. Rémi a des notions de base de secourisme. Il vérifie qu’elle respire, prend son pouls qui lui semble un peu faible et la met en PLS.

Il appelle les pompiers et, sur leurs recommandations, prodigue à sa femme les gestes de premiers secours. Ils arrivent en 10 minutes et la prennent en charge très rapidement. Il regarde l’équipe emmener l’amour de sa vie inconsciente.

Ni lui ni ses deux enfants ne peuvent l'accompagner à l'hôpital. Ce sont les mesures de sécurité ...les enfants pleurent, Rémi les rassure …

Une longue attente commence, Rémi est très inquiet mais Il doit tenir le coup face aux petits et les rassurer. La journée passe …difficilement pour tout le monde…

Il est 20H, les enfants sont couchés. Après leur avoir lu une histoire, Rémi quitte leur chambre, mais Emma ne veut pas s’endormir sans un câlin de sa maman et pose des questions à son père.

" Papa, elle est où maman ? Elle est malade comme les gens à la télé ? Elle va aller au ciel ? ".  Léo 4 ans, qui s’est endormi pendant l’histoire, a laissé glisser son dessin au pied du lit ; Rémi le ramasse, il a dessiné sa maman souriante au milieu des étoiles. Désarmé, bouleversé, il prend Emma dans ses bras et lui souffle "ne t'en fais, pas Maman va revenir, je te le promets " en ravalant ses larmes. La petite s’endort dans ses bras, apaisée ; il la dépose délicatement dans son lit.

Seul et inquiet, Rémi attend l’appel du médecin dans le salon.

Deux heures plus tard, son portable sonne enfin ; il décroche et apprend que sa femme a repris connaissance ; elle est atteinte du virus, mais elle est stable. Elle a besoin de soins et de repos, elle doit rester en observation pendant 48h, mais le médecin est très rassurant. Rémi peut enfin souffler, mais cet événement va entrainer un chamboulement total dans son esprit.

Il se sent inutile, désarmé et impuissant ; et son rêve d’aider les autres, de devenir pompier, lui revient comme un boomerang. Il appelle sa mère pour lui donner des nouvelles d’Anne et en profite pour parler avec elle de ce projet, même s’il sait qu’elle a toujours été contre …mais sa mère est différente, plus ouverte et semble prête à en discuter. Malheureusement, ils ne peuvent pas se voir pour ne pas lui faire courir de risque, mais ils se mettent d’accord pour s’appeler le lendemain en visio pour en parler ensemble. Sans sa femme adorée, inquiet pour les enfants, Rémi ne peut pas trouver le sommeil ; en plein milieu de la nuit, il entend les sirènes des voitures de pompiers en bas de son immeuble …

 

 

Contributeurs :

EMILIE CORDIER MBOUP ;  MORGANE MAUPILLIER

 

A votre plume, vous avez jusqu'au 13 Juillet 2020 pour nous envoyer votre contribution !                                       


Partager cet article :