Pompy : la peluche qui fait du bien aux enfants blessés

Solidarité - Le 12 avril 2017

|MAGAZINE] Une peluche Pompy® achetée, c’est un Pompy que les secouristes peuvent offrir. Le doudou des sapeurs-pompiers est en passe de devenir un outil indispensable lors des interventions impliquant des enfants. Explications.

Pompy - sapeur-pompier

On a souvent besoin d’un plus petit que soi. Les sapeurs-pompiers, qui se sentent parfois démunis lorsqu’ils interviennent en présence de jeunes enfants, ont désormais la possibilité de recourir à un renfort dénommé Pompy. Pompy est un ours blanc en peluche, en tenue de pompier. Il est né de la volonté de la FNSPF de proposer à tous les Sdis un outil destiné à les aider lors de leurs interventions impliquant des enfants, victimes ou témoins d’un accident.

Le pharmacien colonel Véronique Soubelet, administratrice de la FNSPF et pharmacien chef au Sdis 33, a été nommée marraine de l’opération. Pour concevoir la peluche, elle a travaillé avec des pédopsychiatres et le fabricant de peluches français « Les Petites Maries ». Il fallait que Pompy donne envie d’être pris dans les bras, rassure et facilite les échanges entre les petits et les soldats du feu. « Les sapeurs-pompiers sont mal préparés à intervenir en présence d’enfants et se sentent parfois démunis lorsqu’ils pleurent sans pouvoir s’exprimer. Offrir une peluche doit leur permettre d’entrer en contact avec eux et les rassurer. Avant de pratiquer des soins, ils peuvent utiliser Pompy pour expliquer aux petites victimes ce qui va se passer, et un enfant qui ne maîtrise pas encore le langage peut s’en servir pour indiquer où il a mal. Même lorsque les petits sont justes témoins d’un accident survenu à leurs proches, la peluche sait les rassurer », détaille Marie Spratley, responsable de l’opération Pompy. Et ça marche. Le sergent-chef Adrien Roux, SPV à Condom (32), se souvient avoir été appelé pour une fillette de trois ans en détresse respiratoire. « Lorsque nous sommes arrivés, la petite, qui était dans les bras de son père, s’est mise à pleurer. Dans sa tête, cela devait être impressionnant de voir débarquer trois hommes en tenue. Ne pouvant pas l’approcher, nous avons eu le réflexe d’aller chercher Pompy dans le camion. » L’effet est immédiat. « La petite fille a été rassurée de voir qu’il avait la même chemise que nous. Cela a permis d’entrer en communication. Comme nous devions prendre son pouls avec l’oxymètre, nous l’avons d’abord utilisé sur la peluche afin qu’elle accepte de se laisser faire. Elle a gardé l’ourson dans ses bras jusqu’à l’hôpital, où nous l’avons laissée en lui disant qu’il veillerait sur elle. » Dans le Gers, Pompy est désormais de toutes les interventions. « On en a toujours deux dans chaque ambulance, au cas où. »

Pompy en tant qu'objet transitionnel sert de lien entre le secouriste et l'enfant, en le replaçant en postion d'acteur et non plus de victime. L’intervention n’est plus subie et l’enfant peut collaborer à sa prise en charge.

Pharmacien colonel Véronique Soubelet, administratrice de la FNSPF et pharmacien-chef au Sdis 33

Besoin : 100 000 par an

Les professionnels qui les ont utilisées sont convaincus de l’intérêt de ces peluches. Reste à pérenniser leur financement, pour un besoin estimé de 100 000 mascottes par an. Sur son site, la Boutique officielle des sapeurs-pompiers de France (www.laboutiqueofficiellepompiers.fr) les met en vente, et pour chaque achat d’un ourson Pompy, en offre un aux pompiers pour leurs interventions. Certains Sdis proposent la peluche à la vente lors des rencontres qu’ils organisent avec les citoyens. « Certains week-ends, ils en vendent près de 200, soit autant qui iront dans leurs véhicules de secours », se félicite Marie Spratley. Pour assurer son approvisionnement en oursons, le Sdis du Gers a trouvé une quinzaine d’entreprises mécènes qui se sont engagées à financer 600 Pompy par an. Le Gard a bénéficié de la générosité d’un donateur qui, à lui seul, a financé une centaine de doudous. « Nous sommes en année de lancement, mais Pompy se développe de plus en plus, également grâce aux reportages réalisés par la presse régionale. Chaque diffusion ou chaque article publié se ressent immédiatement sur les ventes en ligne », constate Marie Spratley. Et vous, avez-vous votre Pompy ?
 

Texte : Valérie Chrzavzez
Magazine Sapeurs-pompiers de France -  Avril 2017

 

S'abonner au magazine

1 Pompy acheté = 1 offert pour un enfant pris en charge par les sapeurs-pompiers

Commandez Pompy dès maintenant !

Rendez-vous sur la page dédiée à Pompy

En savoir plus