Congrès national des sapeurs-pompiers: une inauguration dynamique

Institutionnel - Le 11 octobre 2017

[MAGAZINE] Il est 14 heures tapantes sur le quai de la République, devant la Halle aux poissons d'Ajaccio, quand résonnent les premiers roulements de tambour marquant le début de la cérémonie d’inauguration du 124e congrès national des sapeurs-pompiers de France.

Congrès Ajaccio 2017
Congrès 2017: le ruban est coupé!

Premiers à entrer en scène, les six hommes de la garde aux drapeaux du corps départemental dépositaire du drapeau de la Fédération. Un moment fort de la cérémonie avant le passage en revue des troupes par Bernard Schmeltz, préfet de Corse ; Charles Voglimacci, président du conseil d’administration du Sdis 2A ; colonel Eric Faure, président de la FNSPF.

Des troupes composées d’un groupe de l’école des Jeunes sapeurs-pompiers (JSP) de Corse, un détachement de chaque centre d’incendie et de secours, des sapeurs-pompiers de Corse et d’ailleurs, des représentants de délégations étrangères (Tunisie, Monaco, Russie, Cameroun, Belgique…), le 2e Régiment des chasseurs à pied (qu’on appelle les Grognards), ainsi que la 2e Compagnie de soldats infirmiers de la garde impériale et du service de santé de la grande armée (chirurgien Larrey).

Le couper de ruban a été salué par un coup de canon (qui en a fait sursauté plus d’un !) des Grognards. Et tout cela en profitant d’un soleil éclatant sur un site avec vue imprenable sur une mer d’huile.

En marge

Avant l’arrivée des autorités, des enfants du centre de loisirs sans hébergement (ALSH) Saint-Jean primaire affichaient un panneau réalisé par leurs soins avec un message bien clair : « Merci les pompiers », illustré de dessins.

Une initiative qui n’est pas passée inaperçue. Dans la foule, on entendait des gens raconter des anecdotes. Lundi, en raison de l’importance de l’affluence générée par le congrès, il n’y avait plus de pain dans les boulangeries d’Ajaccio. Il a fallu aller dans les villages voisins pour en trouver. Autre propos entendu : « Un événement comme celui-là chaque année, c’est bon économiquement pour la Corse ».

Martine Debette