Utilisation et efficacité professionnelle des drones par les sapeurs-pompiers

Opérationnel - Le 12 octobre 2017

[MAGAZINE] Ils ne cessent de se développer et leur efficacité opérationnelle est de plus en plus probante. Des solutions de plus en plus riches et variées, des services de plus en plus reconnus, les drones ont aujourd'hui trouvé leur place dans l'univers sapeur-pompier, que ce soit pour la reconnaissance, le secours d'urgence aux personnes et même l'extinction. Voir le reportage vidéo

Congrès 2017

La recherche, le développement et l'inventivité des exposants présents au congrès d'Ajaccio ouvrent des portes insoupçonnées il y a peu.

D'abord, pour la reconnaissance sur site. «Notre drone est aujourd'hui homologué par l'aviation civile et est débloqué pour survoler n'importe quelle zone», souligne Jean-Philippe Culas, responsable de la société Cm Drones et ancien sapeur-pompier au Sdis 25.

«Nous avons doté un drone Phantom d'un feu à éclats ou stroboscopiques pour qu'il soit repérable dans les fumées et le brouillard. Il est actuellement utilisé par les sapeurs-pompiers de Haute-Saône». Il peut être utilisé pour la reconnaissance en milieu urbain, sur les AVP, lors de violences urbaines, pour lire à distance une plaque de produits dangereux, pour la livraison de vivres, mais aussi pour les feux de forêt, repérer une éventuelle reprise, pour la recherche en milieux périlleux ou aquatique.

Congrès 2017

De la reconnaissance à l'extinction

Les images de sa caméra haute définition sont transmises en direct à l'opérateur via des lunettes de vision Yuneec. Le kit drone formation, administratif est à 5.900 euros hors taxes. La société développe en parallèle un drone pour l'extinction avec deux extincteurs embarqués, à allumage pyrotechnique (une résistante chauffante en guise de système d'allumage), qui peuvent éteindre le compartiment d'une voiture en feu. Ce drone pourra intervenir sur un feu d'éolienne à plus de 50 mètres de haut ou sur un pylône, à plus de 100 mètres de hauteur. Ces deux caméras grand angle et celles installées près des deux extincteurs permettent d'orienter et de visualiser l'opération.

Autre prototype, autre société. Standing Innovation et Elide Fire inventent un système de largage de boules d'extinction sur un drone DJI M600 Pro. Trois boules d'extinction Elide Fire de 15,3 cm, remplies de poudre d'extinction, sont placées sous le drone et larguées sur zone. Elles se déclenchent automatiquement avec la chaleur. Le coût de ce kit est de 7.000 euros hors taxes et la boule coûte 120 euros pour l'instant. La société travaille aussi sur l'extinction à la cime des arbres au moyen d'un filet doté de boules d'extinction tendu par quatre drones en vol simultanément.

Vidéo

 

 

Congrès 2017

Des logiciels ouverts

De son côté, la société Yuneec, qui a développé son propre drone, fonctionne aujourd'hui en partenariat avec l'Ecole d'application de sécurité civile de Valabre. Le H520, modèle dédié aux professionnels, est doté de six rotors pour une meilleure stabilité et d'un contrôleur extrêmement fiable. «Ses trains d'atterrissage sont rétractables et ne gênent pas la vision à 360 degrés de ses trois types de caméras. La E90 pour la très haute définition, la E50 pour un focal moyen plus adapté à l'inspection et, enfin, la CGO Et pour le thermique», précise Christophe Sautarel, responsable commercial France.

«Elle est aussi dotée d'un système logiciel complètement ouvert où l'entreprise peut intervenir pour améliorer une application ou en installer d'autres. C'est une innovation. Son système de mappage permet de définir en amont une zone à survoler avec précision.» Le coût de ce kit est de 2.700 euros TTC.

Congrès 2017

Prestations de service

Ancien expert en assurances, Lionel Leduc, de la société Dronotec, propose aux cabinets d'expertise une inspection à l'aide de drones. «C'est une de nos prestations demandées notamment par des cabinets d'expertise sur des gros montants d'indemnisation. Inspecter dans des endroits difficiles d'accès les dommages que produit la grêle par exemple sur un toit de château ou des défauts sur les panneaux solaires.»

Ajaccio est le premier congrès sapeur-pompier pour ce jeune entrepreneur. Faire une inspection, une reconnaissance ou encore faciliter une extinction, voire guider un secouriste, larguer des objets, des poches de sang, mesurer la hauteur et la longueur d'une zone, une distance, éviter un éboulement, ou bien obtenir un gain de temps, d'information et de sécurité pour les personnels…le drone devient indispensable et ses domaines d'application ne cessent de nous surprendre.

Manuel Sadaune