Remise du rapport sur la généralisation de la formation aux gestes qui sauvent

Institutionnel - Le 21 avril 2017

Missionnés par le Gouvernement et le Secrétariat d’État chargé de l'aide aux victimes, Éric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), et Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF), ont remis jeudi 20 avril 2017 leur rapport sur la généralisation pour le grand public de la formation aux gestes qui sauvent.

Photo Remise rapport GestesQuiSauvent Faure/Pelloux

 

Après s'être vu confier la mission le 10 février 2017 par Juliette Méadel, Secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, les deux rapporteurs, Éric Faure, colonel de sapeurs-pompiers et Patrick Pelloux, médecin urgentiste, ont mené du 9 au 29 mars 2017 les auditions des parties prenantes, dont les principales associations agréées de Sécurité civile, la Mairie de Paris ou encore l'Éducation nationale, afin de rédiger ce rapport d'une trentaine de pages. Enjeu de la mission et du rapport : étendre à la plus large part possible de la population française la formation aux "gestes qui sauvent" et faire de ce fait du citoyen, le 1er maillon de la chaine de secours.

 

Lire le communiqué de presse sur la remise officielle du rapport sur la généralisation de la formation aux gestes qui sauvent

 

Ce rapport de la "mission de préfiguration sur la généralisation au plus grand nombre de nos concitoyens, de la formation aux gestes qui sauvent", conduite par Patrick Pelloux et Eric Faure, comporte ainsi 27 propositions :
 

  • Proposition 1 :

Articuler l’offre de formation concernant les gestes qui sauvent autour de 2 actions :
- Proposer des sessions courtes - 2h, intitulées « initiations aux gestes qui sauvent » - pour apporter une première initiation au plus grand nombre et qui ouvrent la voie à des formations plus complètes et complémentaires.
- Approfondir cet enseignement par une formation certificative au secourisme : le PSC1 (ou équivalent SST et AFGSU).
En complément, une réflexion devra être menée pour modifier le nom de cette formation afin de la rendre plus lisible.

  • Proposition 2 :

Lors des initiations, enseigner les gestes simples à pratiquer face à une détresse vitale facilement repérable : alerter en se protégeant, masser, défibriller, arrêter une hémorragie et mettre en position d’attente.

  • Proposition 3 :

Créer un continuum de formation « être acteur de ma sécurité et de celle des autres » tout au long de la vie.

  • Proposition 4 :

Intégrer tous les modules scolaires du continuum « être acteur de ma sécurité et de celle des autres » au sein du parcours citoyen défini par l’Education nationale.

  • Proposition 5 :

Inscrire ces différents modules scolaires du continuum « être acteur de ma sécurité et de celle des autres » dans les programmes scolaires.

  • Proposition 6 :

Rendre obligatoire la formation PSC1 (ou SST ou AFGSU 1) pour :
- La Fonction publique d’Etat ;
- La Fonction publique hospitalière ;
- La Fonction publique territoriale ;
- Les volontaires en service civique et/ou les engagés dans toute forme nouvelle de service national.

  • Proposition 7 :

Doubler le nombre de SST dans les chantiers où cette présence est obligatoire et la rendre obligatoire (et non plus simplement recommandée) sur chaque site de chaque entreprise.

  • Proposition 8 :

Rendre obligatoire la formation SST pour :
- Les professions et métiers en lien avec des mineurs ;
- Les professions et métiers en lien avec des personnes âgées ;
- Les professionnels de la route.

  • Proposition 9 :

Faire converger les actuelles formations PSC1, SST et AFGSU vers un socle commun.

  • Proposition 10 :

À l’instar du SST, insérer la formation PSC1 dans le catalogue des formations du « Compte personnel de formation » du secteur privé et dans les droits à formation des fonctions publiques.

  • Proposition 11 :

Pour les citoyens prenant à leur charge le coût d’une formation PSC1, intégrer cette charge dans la rubrique des charges déductibles au titre de l’impôt sur le revenu ou inscrire ce coût dans la rubrique crédit d’impôt.

  • Proposition 12 :

Inciter des groupes de population, en utilisant des dynamiques de vie collective (vivre ensemble) à s’initier aux gestes qui sauvent :
- Elu.e.s municipaux.ales ;
- Sportif.ve.s encadré.e.s ;
- Candidats aux permis de conduire (automobile, moto, bateau, pilote) ;
- Candidat.e.s à l’examen du permis de chasse ;
- Les animateur.trice.s titulaires du BAFA (brevet d’aptitude à la fonction d’animateur.trice) et directeur.trice.s titulaires du BAFD (brevet d’aptitude à la fonction de direction) ;
- Les demandeurs d’emploi (en lien avec Pôle emploi) ;

  • Proposition 13 :

Inciter les communes et intercommunalités à développer des plans d’action de nature à augmenter leur résilience et celle des citoyens et organiser des sessions d’initiation et de formation en partenariat avec les sapeurs-pompiers et les associations agréées de sécurité civile, notamment en mettant des salles à disposition.

  • Proposition 14 :

Développer le label « Ville citoyenne » prévu dans la convention signée le 25 janvier 2017 entre le Secrétariat d’Etat à l’Aide aux victimes et l’association France urbaine.

  • Proposition 15 :

En complément des formateur.trice.s actuels, ouvrir la possibilité de dispenser les « initiations aux gestes qui sauvent » par des profils plus « légers », des « intervenants » ou « initiateurs ».

  • Proposition 16 :

Afin de soutenir l’augmentation nécessaire du vivier tant de formateur.trice.s que d’intervenant.e.s ou initiateur.trice.s, il y a lieu de prévoir une exonération des charges sociales (patronales et salariales) pour les nouveaux emplois de formateur.trice.s aux premiers secours et de soutenir financièrement l’effort de formation de formateur.trices et initiateur.trice.s par l’allocation de subventions couvrant ces frais.

  • Proposition 17 :

Renforcer la participation des services d’incendie et de secours dans les « initiations aux gestes qui sauvent » et les formations PSC1.

  • Proposition 18 :

Ouvrir largement une mission de sensibilisation du grand public aux gestes et comportements qui sauvent dans les missions confiées aux volontaires en service civique.

  • Proposition 19 :

Engager une campagne d’information auprès des organismes d’accueil de jeunes volontaires en service civique concernant l’obligation de formation au PSC1 des volontaires.
Dans le même temps, il convient d’uniformiser et de simplifier, par tout moyen, les procédures d’inscription en formation PSC1 pour les jeunes volontaires et les organismes qui les accueillent, quel que soit l’organisme auprès duquel ils sont formés.

  • Proposition 20 :

Permettre à l’Education nationale de faire vivre et maintenir son vivier de formateur.trice.s au niveau optimal afin de former tous les élèves au cours des années de collège.

  • Proposition 21 :

Créer des équivalences et convergences pour les formations de formateur.trice.s PSC1, SST et AFGSU, après complément de formation.

  • Proposition 22 :

Permettre aux formateur.trice.s des associations agréées de sécurité civile et de la Santé de dispenser des formations au sein de l’Education nationale. Inversement, permettre aux formateur.trice.s de l’Education nationale de dispenser des formations au sein des établissements de Santé et des Associations agréées de sécurité civile, sans avoir à repasser une formation.

  • Proposition 23 :

Exonérer de TVA ou réduire son taux pour le matériel de formation au secourisme.

  • Proposition 24 :

Accompagner financièrement le développement d’outils de formation, de sensibilisation et de prévention numériques et à distance, pour tous les acteur.trice.s.

  • Proposition 25 :

Evaluer périodiquement les résultats de cette politique de généralisation en concertation avec tous les acteur.trice.s concerné.e.s (AASC, Ministère de l’Intérieur, Education nationale, Ministère du Travail, Agence du service civique, Ministère de la Santé, Ministère de la Défense, INRS, …) et ajuster les mesures périodiquement en conséquence.

  • Proposition 26 :

Prendre en compte le degré de motivation des formateur.trice.s et intervenant.e.s dans l’accomplissement de leur mission et s’assurer de répartir l’effort tant entre les personnes que dans le temps afin de ne pas épuiser les ressources humaines.

  • Proposition 27 :

Instaurer une loi du « Bon Samaritain » afin de protéger les citoyens qui interviennent auprès de victimes de toute poursuite judiciaire.

 

"Une minute de perdue, c'est 10% de chance de survie en moins !"

 

Screen interview Eric Faure - France 5

 

Interrogé sur ce sujet dans le magazine de la Santé sur France 5, Éric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, a rappelé qu'il fallait en moyenne 13 minutes aux secours pour arriver sur les lieux d'une intervention. Or, "si pendant ce laps de temps, la personne qui est à côté peut effectuer les premiers gestes [de secours], elle peut éviter que le cas de la victime ne s’aggrave, voire lui sauver la vie. Une minute de perdue, c’est 10% de chance de survie en moins".

[VIDÉO] Cliquez ici pour voir ou revoir l'interview d'Éric Faure sur la généralisation de l'apprentissage des gestes qui sauvent

Télechargez et consultez le rapport complet