L'innovation dans l'univers sapeur-pompier

Opérationnel - Le 13 octobre 2017

[MAGAZINE] Guide pratique et maintenance préventive des engins d'incendie, groupement ou pas des achats des Sdis, normes pour la clé multifonction, sprinklage résidentiel, drones… Le carrefour Technique et Innovation du Congrès national a suscité des débats sur des sujets qui concernent l'avenir des matériels et, de surcroît, orientent les directions d'achats, les choix de matériels, la sécurité et la formation.

Congrès 2017

Le guide pratique de la commission technique fédérale sur les engins d'incendie et de secours initié au Congrès de Tours sera finalisé en fin d'année. Parti du constat, de la profession et des industriels, que l'entretien des engins est parfois délaissé et entraîne un surcoût en termes de dépannage et peut engendrer une absence de disponibilité préjudiciable des véhicules, un accroissement de la mise en danger de la population et des personnels.

Le maintien de bonnes conditions d'intervention dépend évidemment de cette maintenance, préventive, qui s'effectue dans un contexte à la fois budgétaire, opérationnel, réglementaire, technologique et logistique. Un module technique devrait être intégré au programme de formation. De la maintenance, nous passons aux avantages et aux inconvénients du regroupement des achats d'engins.

Si la baisse du coût est appréciable, les options sur les engins sont réduites et le problème de la coupure avec certains équipementiers, humainement et économiquement, impose une vigilance.

Une expérience inédite

C'est dans le Lot-et-Garonne qu'une première expérience de sprinklage résidentiel s'est réalisée dans un Ephad, établissement qui prend en charge des personnes âgées dépendantes.

Pour des contraintes budgétaires liées à la mise aux normes, l'établissement menaçait de fermer. Une solution de sprinklage a été envisagée et testée en juin dernier.

Le but, contenir le feu dans son volume initial et procéder à son extinction. Dans un premier temps, un système de ferme-porte est asservi à la détection incendie avant que le sprinkler ne se déclenche. D'un coût de 500.000 euros pour la mise en conformité, nous passons à 200.000 euros pour un système viable pendant une trentaine d'années.

Validée par la commission sécurité du département, cette solution de mise en sécurité dans un bâtiment existant n'est pas reproductible partout. Elle reste complémentaire du désenfumage. Déjà obligatoire dans certains pays européens, elle est ici en attente d'une jurisprudence et d'une assise réglementaire. À suivre.

Après la précision qu'une norme pour la clé multifonction, tricoises, se met en place pour que d’un département à l'autre, les ouvrants soient les mêmes, et que la commission technique fédérale allait se rapprocher aussi des constructeurs à la suite du constat du manque de mobilité des CCFM, trop gros, sur le terrain, le carrefour continue avec un débat sur les drones.

Les drones en question

Une trentaine de Sdis se sont équipés de drones, de modèles très différents. Se posent aujourd'hui plusieurs questions. L'évolution de la réglementation, les dangers de piratage de données, le coût d'une équipe constituée maintenue H24 pour l'opérationnel, son amortissement, son référencement, sa durée de vie, quel drone et pour quel usage, filaire ou non, les contraintes météo, sa sécurisation… les questions fusent dans l'univers du drone, et les réponses se cherchent.

Une chose est sûre, l'étau se resserre au niveau réglementaire et se doter d'un drone aujourd'hui ne peut se faire sans prendre en compte ses évolutions. Il faudra s'adapter. Et puis, sur les feux de forêt, hors de question de voir un drone en présence d'autres aéronefs !

Manuel Sadaune