Les sapeurs-pompiers ultramarins massivement représentés au congrès

Opérationnel - Le 13 octobre 2017

[MAGAZINE] Pour une première sur l’île de beauté, la mobilisation des sapeurs-pompiers ultramarins est complète. Beaucoup d’attentes, des préoccupations mais aussi une occasion unique de se retrouver, d’échanger, d’exposer ses problèmes et ses particularités.

Congrès 2017
De g. à dr. : Guy-Albert Jorite, vice-président de l’UD de la Martinique; Gilles Galliot, PUD de la Guyane; Eric Faure, président de la FNSPF; Charles Lagier, PUD de la Martinique et président de l’UR des DOM; Abdallah Ambdoulatuf, PUD de Mayotte.

Pour Gilles Galliot, président d’union départementale (PUD) de la Guyane, le congrès est un moment unique de la vie associative. «Tout le monde se rencontre pour partager ses relations professionnelles, ses technologies, ses idées mais aussi ses difficultés. On prend attache des objectifs de la Fédération. »

Abdallah Ambdoulatuf, pour sa part, est caporal professionnel et président d’union de Mayotte. A 28 ans, il est l’un des plus jeunes PUD de France. Venu avant tout pour partager sa courte expérience du milieu associatif, Abdallah a besoin de conseils.

Par le passé, nous avons connu beaucoup de soucis mais aujourd’hui, les amicales et l’union travaillent de nouveau ensemble. Cela fait tout juste un an que je suis élu, c’est mon premier congrès. Alors j’en profite pour voir tout ce qui marche ailleurs et le ramener chez nous. Je souhaite contribuer à la défense de cette cause nationale. J’ai pu rencontrer tous mes collègues ultramarins et les confronter à mes problèmes. Et puis, le président de la Fédération nous a appelés sur scène, soit une trentaine de personnes. Tous les territoires étaient représentés, c’était une belle surprise. Nous avons besoin de beaucoup d’accompagnement car toutes ces associations participent grandement au confort de nos sapeurs-pompiers.

Gilles Gaillot

Faire venir un maximum de collègues

Avec une délégation de 20 sapeurs-pompiers, le SDIS de la Réunion (974) est également présente au congrès. Outre les chefs de file que sont le colonel Fontaine (direction)  et Jocelyn Myrtho (union départementale), quatre élus du Casdis ont fait le déplacement pour l'Île de beauté.

« Accueil chaleureux, stands d'exposition, conférences, animations, concerts, sports, produits artisanaux, retrouvailles et ... soleil : tout y est pour un beau et fructueux congrès. L'actualité matérielle et technique est à son comble et le choix est donné. On en redemande ! », déclare  Hermann Rifosta, vice-président du conseil d’administration du SDIS.

Charles Lagier est PUD de la Martinique mais aussi le président de l’union régionale des DOM. Pour ce premier congrès en Corse, il a organisé une collecte pour faire venir un maximum de ses collègues.

« Nous avons réuni une délégation de plus de trente personnes, tous les territoires sont représentés. Nous sommes venus pour travailler, pour participer aux différents carrefours et voir les évolutions de la filière sapeur-pompier. Cela permet de confronter nos difficultés et de porter les spécificités des îles. Nous sommes à des milliers de kilomètres de la France.

La fédération et son président Faure peuvent nous aider à relayer nos problèmes auprès des services de l’Etat. A titre d’exemple, lors du passage des ouragans comme Irma, il nous a été très difficile d’aider nos collègues de Saint-Barthélemy qui ont beaucoup souffert. En effet, les autorisations réglementaires du ministère de l’Intérieur sont longues à obtenir car nous sommes obligés de passer par des îles du Commonwealth toutes proches. Nous avons le matériel, les compétences et, à cause d’une certaine réglementation, nous ne pouvons pas aider nos voisins. Cela nous choque de ne pouvoir aider nos collègues en difficulté alors que nous sommes dans un métier de solidarité.

Autre chose, chaque territoire prélève des taxes sur l’importation des véhicules et les véhicules de secours ne sont pas exonérés. Ce n’est pas normal, on ne fait pas de commerce, on est juste là pour aider la population. Une autre difficulté pour notre union régionale est la fréquence de nos rencontres. Je n’ai pas la solution car nous sommes très éloignés. Certes, la vidéo-conférence et les mails peuvent nous aider mais nous devons nous voir et se parler droit dans les yeux. Le Congrès national nous offre cette chance mais nos frais de déplacement restent importants.

Aussi, je voudrais féliciter l’organisation d’avoir proposé seulement trois grands thèmes cette année. Cela nous a permis d’assister aux différents carrefours sans que les réunions se chevauchent. Nous avions des craintes au départ mais au final, nous sommes très satisfaits de l’organisation et de notre accueil sur l’île de beauté. Au titre de PUD, je vais tout faire pour que la Martinique se porte candidat à l’organisation de la Finat à l’horizon 2021-2022. J’ai déjà commencé à sensibiliser nos élus. »

Patrick Forget

 

Vidéo

Rencontre avec Gaston Tunoa, président de la fédération polynésienne des sapeurs-pompiers, à l'occasion de sa venue à Ajaccio pour le congrès national des sapeurs-pompiers de France 2017.